Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Le CRSNG présente 2 minutes avec Allison B. Sekuler

L'évolution extraordinaire du cerveau vieillissant

Résumé

Titre de la vidéo

2 minutes avec Allison B. Sekuler

Auteur

Division des communications du CRSNG

Durée

1:41

Date de diffusion

le 3 mars 2011

Description

Les personnes âgées sont le segment de la population qui connaît la croissance la plus rapide au Canada. Les changements des fonctions perceptives et neuronales liés au vieillissement ont des répercussions sur presque tous les aspects de nos vies : des loisirs aux transports, en passant par les soins de santé jusqu'à la main-d'œuvre. Selon de récents travaux de recherche, bien que le vieillissement entraîne le déclin de certaines habiletés, d'autres restent inchangées et s'améliorent même parfois. Cet exposé porta sur l'incidence de ces changements et les compromis qui surviennent avec l'âge dans le traitement neural et visuel. On présentera notamment des preuves qui montrent qu'un vieux cerveau peut vraiment continuer d'apprendre.


Transcription
Allison B. Sekuler

Notre recherche porte principalement sur la façon dont le cerveau encode l’information sur le monde en utilisant le système visuel, donc comment le cerveau voit les objets, comment il reconnaît les visages, comment il apprend à interagir avec les objets de différentes façons.

Nous examinons beaucoup la plasticité neuronale, c’est-à-dire comment le cerveau change en fonction de l’expérience, en fonction du développement. Et nous travaillons aussi beaucoup à la reconnaissance des visages : comment nous reconnaissons les visages, comment nous apprenons qui est un ami et qui est un ennemi.

Nous avons fait quelques découvertes remarquables récemment. L’une d’elles est que le cerveau change au cours de notre vie et qu’en fait le cerveau semble être capable de se réorganiser lui-même ou de se « recâbler » au cours de notre vie pour pouvoir tirer parti de ce qu’il fait bien contrairement à ce qu’il fait moins bien. Donc, il se peut que les personnes âgées, par exemple, lorsqu’elles traitent de l’information visuelle sur le monde, utilisent des parties du cerveau – l’hippocampe et le cortex préfrontal – qui seraient plus susceptibles d’être utilisées par les jeunes pour des choses telles que la mémoire et l’attention.

Je crois que l’autre chose vraiment intéressante que nous avons apprise c’est que lorsque nous formons des gens, ne serait-ce que pendant deux jours, à ce qui semble être une tâche très simple comme celle de reconnaître un visage, ce que nous faisons avec cette formation c’est changer leur cerveau pour une longue période de temps. Mais en ce qui concerne l’orientation de notre recherche pour l’avenir, on constate qu’on doit s’appuyer sur l’information de base afin de déterminer comment nous pouvons prendre ce que nous avons appris et développer, disons, de nouveaux systèmes de formation pour les jeunes et pour des personnes plus âgées et aussi pour les personnes qui ont différentes incapacités.

Biographie

Experte de renommée internationale dans le domaine du traitement visuel et du vieillissement (titulaire d'un doctorat de la University of California à Berkeley), Mme Sekuler est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neurosciences cognitives à la McMaster University, où elle est également vice-rectrice adjointe et doyenne des études supérieures. En plus de poursuivre une carrière dynamique et réussie en administration, en enseignement et en recherche, Mme Sekuler est une ardente championne de la sensibilisation aux sciences. Elle a contribué à la création de Science in the City, l'initiative de sensibilisation aux sciences la plus populaire de la McMaster University, et elle a été une des premières à préconiser les cafés scientifiques au Canada. Récemment, elle a siégé au comité directeur fondateur du Centre canadien Sciences et Médias. Elle agit souvent à titre de conférencière et de commentatrice publique sur des enjeux scientifiques et des questions de recherche pour les médias nationaux et internationaux, y compris les chaînes Discovery Channel, CBC et History Channel.

Cette vidéo vous a-t-elle été utile?

Très utile

Peu utile

Inutile

Sans opinion

Commentaires :


Pour obtenir plus de renseignements (médias seulement), veuillez communiquer avec :

Martin Leroux
Agent, Relations médias et affaires publiques
CRSNG
Tél. : 613-943-7618
Courriel : media@nserc-crsng.gc.ca