Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Découverte de taille

Os fossilisés du Titanoboa

Représentation du plus grand serpent du monde Cliquez pour agrandir
Source : University of Florida

Soixante millions d'années avant que Jennifer Lopez joue le rôle principal dans le film Anaconda, le plus gros serpent au monde ondulait déjà dans le nord de l'Amérique du Sud.

Dans la mine du Cerrejón, l'une des plus grandes mines à ciel ouvert au monde, en Colombie, des chercheurs ont découvert les os fossilisés de gigantesques serpents et de leurs proies, des crocodiles et des tortues, ainsi que du matériel végétal fossilisé provenant de la plus ancienne forêt tropicale humide connue dans les Amériques, qui florissait dans cette région il y a quelque 60 millions d'années.

« La découverte du Titanoboa remet en question notre compréhension des climats et des environnements du passé, ainsi que les limites biologiques de l'évolution des serpents géants », a affirmé Jason Head, chercheur appuyé par le CRSNG et biologiste de la University of Toronto, qui a dirigé une équipe internationale qui a décrit l'espèce dans le numéro du 5 février du magazine Nature.

Les chercheurs ont utilisé le rapport entre la taille des vertèbres et la longueur des serpents existants pour estimer la longueur de ce serpent semblable au boa à 13 mètres et son poids à plus d'une tonne. Il s'agirait ainsi du plus gros serpent jamais connu, et du plus grand vertébré non marin depuis l'ère qui a suivi l'extinction des dinosaures, il y a 65 millions d'années.

En se fondant sur sa taille, les chercheurs ont estimé que le Titanoboa vivait dans un environnement où la température moyenne annuelle s'établissait entre 30 et 34 degrés Celsius, des températures bien plus élevées que celles retrouvées dans les forêts tropicales humides modernes. Selon les modèles climatiques, un climat plus chaud, semblable à des conditions de serre, régnait au cours de la période pendant laquelle a vécu le serpent, mais il est difficile de trouver des preuves directes des températures que l'on retrouvait alors. La corrélation entre la taille du serpent et la température, si elle est confirmée, pourrait très bien être l'élément qui nous permettrait de mieux comprendre cette ancienne forêt tropicale humide et son écologie.

« Cela nous montre tous les nouveaux renseignements sur l'histoire de la Terre que peut nous révéler une ressource comme les restes fossiles de reptiles », a affirmé M. Head.

Les fouilles en Colombie étaient organisées par le Smithsonian Tropical Research Institute à Panama et le Florida Museum of Natural History de la University of Florida.