Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Retour vers le futur, une autre fois

Julie Payette et la navette spatiale Endeavour

Le 10 juillet 2009 – Il y a plus de dix ans que la Canadienne Julie Payette a senti la poussée des moteurs-fusées ou la liberté de l'apesanteur. Mais, en juillet, toutes les années d'attente et de préparation seront enfin terminées.

C'est ce mois-ci que la navette spatiale Endeavour doit entreprendre son voyage dans l'espace pour aller s'amarrer à la Station spatiale internationale. Mme Payette fera partie d'un équipage international composé de six astronautes. En tant qu'ingénieure de vol et spécialiste de mission, elle sera responsable d'amarrer la navette à la station, de surveiller les membres de l'équipage pendant les sorties dans l'espace et de manipuler trois bras robotiques, dont le Canadarm et le Canadarm2.

Mais pour Mme Payette ce ne sera pas uniquement du travail, puisqu'elle compte profiter de la vue magnifique que peu de gens n'auront jamais la chance de contempler.

« Je crois que j'aurai davantage de temps, cette fois-ci, pour regarder par le hublot de temps en temps, a indiqué Mme Payette à une récente entrevue à CBC News. Je prendrai un peu plus le temps pour contempler notre magnifique planète. »

Née à Montréal, Mme Payette a obtenu un baccalauréat en génie électrique de l'Université McGill et une maîtrise en génie informatique de la University of Toronto.

En 1992, elle a été sélectionnée parmi plus de 5 000 candidats au Programme des astronautes de l'Agence spatiale canadienne. Sept ans plus tard, Mme Payette devenait la première Canadienne à travailler dans la Station spatiale internationale nouvellement construite.

« J'ai beaucoup de chance d'avoir vu la station spatiale il y a dix ans... alors qu'il n'y avait personne à bord, affirme Mme Payette. Il y avait seulement deux modules, et lorsque nous y allions, nous devions allumer la lumière. »

Les liens entre Mme Payette et le CRSNG remontent à 1988, année où elle a reçu une bourse d'études supérieures. En outre, elle a siégé au Conseil du CRSNG de 1995 à 1998.

En 2000, le CRSNG a créé lesBourses de recherche Julie Payette, d'une valeur de 25 000 $, qui sont offertes aux 24 meilleurs candidats à une bourse d'études supérieures au niveau de la maîtrise. Les étudiants doivent démontrer leur excellence universitaire, leur aptitude et leur potentiel en recherche, ainsi que leurs compétences en matière de direction et de communication.

Mme Payette et les autres membres de l'équipage reviendront sur Terre à la fin de juillet.

« Je suis très heureuse. C'est un moment historique pour le Canada... Je suis contente d'en faire partie », a affirmé Mme Payette.