Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Combinaison gagnante

L'avantage aérodynamique

Le 12 février 2010 – Il nous arrive tous de nous demander de temps en temps ce que nous allons porter. Mais peu de personnes ont autant réfléchi à cette question qu'Annick D'Auteuil. Pourtant, ce n'est pas pour elle-même que cette étudiante au doctorat en génie mécanique et aérospatial de la Carleton University s'est intéressée à cette question.

Mme D'Auteuil souhaite aider les patineurs de vitesse canadiens qui participeront aux Jeux olympiques en les revêtant de la combinaison parfaite qui les fera monter sur le podium. « La science est très importante pour une compétition de ce niveau, et les athlètes ont vraiment besoin de cet avantage », explique Mme D'Auteuil, dont les travaux sont partiellement financés par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

L'aérodynamique est une science qui vise à réduire la résistance d'un objet qui se déplace dans une substance fluide, ce qui comprend l'air. Cette résistance à l'avancement s'appelle la traînée. Les travaux de recherche expérimentale réalisés par Mme D'Auteuil sur l'aérodynamique des combinaisons de patinage de vitesse visent à découvrir l'incidence du tissu sur la traînée.

Cela peut sembler tiré par les cheveux, mais de minuscules améliorations peuvent influer grandement sur le temps final du patineur. Lorsque celui-ci atteint son rythme de croisière, au moins 80 p. 100 de la résistance qu'il rencontre est attribuable à l'air. Comme la différence entre une médaille d'or et une médaille de bronze se résume souvent à quelques centièmes de secondes, une combinaison dont le tissu est inapproprié peut, de fait, représenter un boulet.

Mme D'Auteuil travaille sous la direction de Guy Larose, qui est chercheur au Conseil national de recherches Canada (CNRC) et professeur auxiliaire à la Carleton University. À l'aide de la soufflerie du CNRC, Mme D'Auteuil met à l'essai les combinaisons fournies par la compagnie de vêtements de sport Descente, le fournisseur officiel de Patinage de vitesse Canada.

La soufflerie du CNRC sert à tester de multiples choses — de la sécurité des ponts au rendement aérodynamique des voitures.

« Nous avons étudié l'échelle des vitesses atteintes par les patineurs — de 30 km/h à 70 km/h — et constaté que la rugosité du tissu est le principal facteur de la traînée produite par une combinaison, explique Mme D'Auteuil. Nous savions que l'équipement que nous testions pouvait améliorer les choses. »

Au début du test, des mannequins qui portent la combinaison sont placés dans une position typique d'un patineur de vitesse. On utilise des mannequins à cette étape, parce que même un athlète d'élite aurait de la difficulté à garder la bonne position aussi longtemps que nécessaire. Les combinaisons font alors l'objet de tests détaillés et rigoureux qui permettent d'examiner une gamme de facteurs.

Précisons d'abord que la traînée varie en fonction de la vitesse. Les courses de patinage de vitesse sont diversifiées — des sprints de 500 mètres à des courses de fond de 10 000 mètres. C'est pourquoi le tissu optimal diffère légèrement selon le type de course. Ensuite, le corps humain n'a pas une forme homogène. La traînée n'a pas le même effet sur les cuisses, le torse ou la tête. Mme D'Auteuil a pris des mesures localisées pour chaque partie du corps. C'est pourquoi la combinaison finale est habituellement composée de plusieurs tissus.

Pour faire la dernière analyse de la combinaison, les chercheurs demandent à un athlète d'aller dans la soufflerie et vérifient si les résultats des appareils de contrôle sont les mêmes pour lui et le mannequin. En raison de la nature hautement concurrentielle du sport — pas seulement sur la glace, mais aussi dans le laboratoire où se fait la course aux progrès — il est impossible de révéler des renseignements détaillés sur la combinaison finale.

Toutefois, Mme D'Auteuil et les chercheurs de son équipe espèrent que le monde entier pourra voir le résultat ultime de leurs travaux : aider les patineurs canadiens à gagner la médaille d'or!