Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

La vitesse de l’innovation

Commercialiser les idées rapidement

Le téléphone cellulaire que vous avez dans votre poche est probablement désuet. Vous pourriez probablement dire la même chose au sujet de votre télévision, de votre voiture ou de vos chaussures de course. Suivre l'évolution des nouveaux produits et des nouvelles technologies représente un défi constant pour les consommateurs (surtout si vous avez des adolescents à la maison). Toutefois, les consommateurs peuvent choisir, ou non, de suivre les avancées technologiques. Les entreprises, par contre, n'ont pas le choix. Elles doivent continuellement mettre au point de nouveaux produits et de nouvelles versions de leurs produits afin de maintenir leur part de marché.

Les travaux de recherche menés par Nadia Bhuiyan à l'Université Concordia aident les entreprises canadiennes à suivre le rythme en matière de développement des produits.

« Pour développer un produit, l'information doit circuler librement entre les nombreuses personnes qui travaillent à la commercialisation d'une idée. Les idées deviennent des concepts de produits qui sont mis au point, conçus, fabriqués et testés. Ensuite, les produits sont manufacturés. Le processus peut sembler assez simple, mais il s'agit en fait d'un processus très complexe auquel participent des centaines ou des milliers de personnes, qui comporte des centaines de milliers d'activités, qui coûte des millions de dollars et qui est plein d'incertitudes », dit Mme Bhuiyan.

Par exemple, les constructeurs de véhicules automobiles qui ne suivent pas le rythme risquent de perdre du terrain. Du coup, il y a un risque de perte d'emplois dans les économies locales. Mme Bhuiyan indique que, dans les années 1980, il fallait généralement de 36 à 40 mois pour développer une nouvelle voiture. Toyota a réussi à réduire cette période à 10 mois après avoir mis au point un processus d'avant-garde appelé développement de produits rationalisé, qui est une adaptation d'un concept préalable appelé production allégée.

Le développement de produits est un défi si grand et comporte tellement de risques que seulement un produit sur sept est commercialisé.

En développement de produits rationalisé, il faut tout d'abord bien comprendre ce que signifie la valeur du point de vue du client. Le processus est ensuite entièrement axé sur cette définition de valeur.

« En développement de produits, on cherche à maximiser la valeur plutôt qu'à réduire le gaspillage. Dans le cadre de mes travaux de recherche, nous étudions les personnes, les processus et la technologie qui contribuent au développement de produits et nous cherchons des moyens de les intégrer afin d'atteindre des objectifs rationalisés. En bref, il faut comprendre ce qui entrave la circulation de l'information et trouver des moyens d'éliminer ces obstacles », ajoute Mme Bhuiyan.

L'équipe de recherche de Mme Bhuiyan fournit des lignes directrices à des partenaires industriels afin de les aider à accroître leur productivité, et, en fin de compte, leur compétitivité. L'équipe s'intéresse surtout au secteur de l'aérospatiale puisque, dans ce secteur, il y a beaucoup de possibilités d'amélioration et le progrès est essentiel au maintien de la compétitivité à l'échelle internationale.

Au Canada, certaines entreprises aérospatiales commencent à voir les avantages des principes de rationalisation qu'elles appliquent au processus de développement de leurs produits grâce aux travaux de recherche concertés de Mme Bhuiyan. Jusqu'ici, plusieurs modèles qui tiennent compte des concepts de rationalisation, comme la définition de la valeur et le flux des travaux, ont été mis en œuvre avec succès au sein de l'industrie aérospatiale canadienne. Les entreprises ont indiqué qu'elles avaient réalisé d'importantes améliorations du rendement, y compris une réduction du délai d'exécution, ce que les dirigeants d'entreprises ont noté.

« De récentes recherches ont montré que le développement de produits rationalisé peut réduire la durée du développement de 30 à 50 p. 100. Tout ceci représente quelque chose que les gestionnaires ne peuvent pas négliger, c'est-à-dire une incidence sur les résultats nets de l'entreprise », affirme Mme Bhuiyan.

Une réduction des coûts à l'étape du développement peut également être transmise au consommateur, ce qui se traduit par de nouveaux produits disponibles plus rapidement à un meilleur prix. La prochaine fois que vous vous demanderez comment les entreprises amélioreront leurs produits, comme un téléphone intelligent ou une voiture, rappelez-vous que ces nouvelles caractéristiques seront disponibles beaucoup plus rapidement que vous ne le croyez.