Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Des micro-équipes de nettoyage

Les exploitants des sables bitumineux de l’Ouest du Canada utilisent de grandes quantités d’eau pour extraire le bitume. Une fois contaminée, l’eau se retrouve dans des bassins de résidus et décante sur des couches de sol, d’argile et d’autres sédiments. Gérer les bassins de résidus est l’un des grands défis auxquels est confrontée l’industrie.

Raymond Turner, professeur de biochimie à la University of Calgary, et Howard Ceri, professeur de biologie à la University of Calgary, cherchent des moyens de nettoyer cette eau. Ils croient que la dégradation bactérienne — une méthode qui est souvent utilisée dans les usines municipales d’épuration d’eau — pourrait être adaptée à des fins d’utilisation dans les bassins de résidus.

MM. Turner et Ceri ont cherché des moyens de créer un biofilm qui ressemble à ceux qui sont utilisés dans les usines d’épuration d’eau. Mais ils se sont heurtés à une grande difficulté : les organismes nageant librement qui servent habituellement à traiter les eaux usées croissent plus lentement et meurent dans le milieu hostile des bassins de résidus. C’est pourquoi ils ont tenté quelque chose de nouveau : cultiver en même temps toute une communauté de bactéries, construisant le biofilm complet d’un seul coup.

« Nous avons pu cultiver des bactéries que d’autres ont été incapables d’obtenir — jusqu’à 800 espèces différentes, explique M. Turner. Lorsque nous avons essayé de les cultiver individuellement, nous n’en avons obtenu que sept ou huit. »

L’objectif ultime des travaux est de créer des biofilms adaptés à chaque bassin de résidus — parce que chacun est différent des autres — et de nettoyer l’eau suffisamment pour qu’elle puisse être réutilisée dans la production ou rejetée en toute sécurité dans l’environnement naturel.