Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Votre cerveau simulé

Le plus gros « cerveau » artificiel du monde est essentiel au traitement des maladies neurologiques et à l’avancement de l’intelligence artificielle

Les ordinateurs ont réussi à battre de grands joueurs d’échecs et à gagner au jeu Jeopardy, mais ils n’étaient pas encore parvenus à reproduire la gamme des comportements humains. Puis est apparu Spaun, la représentation virtuelle par ordinateur d’un cerveau fonctionnel la plus importante du monde.

Contrairement à d’autres modèles informatiques, Spaun est conçu pour régler les problèmes comme le font les humains. Il fait des erreurs comme les humains, il a la même précision que les humains et il lui faut le même temps que les humains pour traiter l’information.

Élaboré par Chris Eliasmith, neuroscientifique de la University of Waterloo et lauréat du Prix John C. Polanyi de 2015, Spaun (Semantic Pointer Architecture Unified Network) s’attaque à l’un des plus grands défis auxquels est confrontée la neuroscience – relier le comportement incroyablement complexe des humains et d’autres animaux à l’activité biologique également complexe de leur cerveau.

Le programme peut imiter la capacité du cerveau humain de voir, de se souvenir et d’agir. Grâce à ses 2,5 millions de neurones virtuels, ainsi qu’à son œil et à son bras simulés, il peut accomplir diverses tâches, par exemple se souvenir de listes de nombres, résoudre les problèmes présentés dans des tests d’intelligence et reproduire l’écriture humaine.

Quand les chercheurs comprendront comment les milliards de neurones de notre cerveau communiquent et produisent des comportements humains complexes, ils pourront repérer les différences entre les cerveaux humains sains et malades, une étape importante vers le traitement des traumatismes cérébraux et des troubles de la mémoire. Ainsi, dans le cadre d’une expérience, M. Eliasmith a éliminé des neurones dans un modèle de cerveau afin de simuler la mort cellulaire qui se produit lorsque nous vieillissons. Il voulait voir comment la perte de ces neurones aurait une incidence sur les résultats de Spaun dans un test d’intelligence.

En outre, le modèle aide les chercheurs à comprendre comment le cerveau humain s’organise pour toujours surpasser l’intelligence artificielle. Ces connaissances sont essentielles à l’élaboration de machines plus intelligentes qui amélioreront de nombreux aspects de notre vie, des maisons intelligentes aux opérations de recherche et sauvetage, et de la robotique aux appareils personnels intelligents (par exemple, la fonction Siri d’Apple ou Google Now).