Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Avez-vous des isotopes?

Les hôpitaux peuvent contrer la pénurie d’isotopes en en fabriquant

Une nouvelle technologie fabriquée au Canada permettra aux hôpitaux de pallier la pénurie imminente d’isotopes médicaux.

Le technétium 99m (99mTc) est le radio-isotope normalement utilisé en imagerie médicale dans le monde entier pour diagnostiquer les cancers et les maladies du cœur. Chaque jour, 5 000 procédures médicales ou 80 % des scintigraphies employées en médecine nucléaire au Canada en dépendent. Les hôpitaux ont besoin d’un approvisionnement fiable et abordable en 99mTc, mais le plus grand producteur mondial – le réacteur national de recherche universel, situé dans les laboratoires de Chalk River d’Énergie atomique du Canada limitée – cessera la production d’isotopes en 2016.

Une équipe de chercheurs dirigée par Paul Schaffer de TRIUMF, l’un des lauréats du Prix Brockhouse du Canada pour la recherche interdisciplinaire en sciences et en génie de 2015, a développé une nouvelle technologie basée sur les cyclotrons médicaux qui sont déjà installés et opérationnels dans les grands hôpitaux du Canada. Les hôpitaux et les entreprises qui disposent de cyclotrons pourront moderniser leur infrastructure grâce à une solution canadienne et produire ces isotopes précieux dans l’éventualité d’une autre pénurie.

La solution novatrice proposée par ces chercheurs est plus sûre que la technologie actuelle, parce que contrairement aux réacteurs nucléaires, elle ne nécessite pas l’utilisation d’uranium radioactif de qualité militaire et n’engendre pas une grande quantité de déchets radioactifs. Les hôpitaux réalisent également des économies en produisant leurs isotopes localement, ne fabriquant et n’utilisant que la quantité dont ils ont besoin chaque jour.

Il a fallu six ans pour réaliser cette percée qui a nécessité la participation d’une équipe nationale formée de plus de 100 chercheurs, étudiants diplômés et stagiaires postdoctoraux et qui a jeté un pont entre la physique nucléaire et l’oncologie clinique.

L’équipe de chercheurs collabore avec une entreprise canadienne en démarrage pour autoriser, transférer et vendre cette technologie dans le monde entier.