Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

La science derrière la faune

Des projets de recherche axée sur la découverte produisent de nouvelles connaissances sur la biodiversité

On dit que tout ce que nous pouvons imaginer est réel. Lorsque l’imagination est mise à contribution, la créativité, la découverte et l’innovation se déchaînent. La créativité et l’innovation sont au cœur de tous les progrès en recherche et le CRSNG sait que grâce au soutien de base et à la liberté qu’il donne, les meilleurs chercheurs canadiens peuvent explorer leurs idées les plus prometteuses et réaliser des découvertes révolutionnaires.

Voici quelques exemples de projets de recherche prometteurs actuellement réalisés par des universités canadiennes :

La planification familiale pour les oiseaux?

Le professeur de science et de gestion des écosystèmes à la University of Northern British Columbia (Prince George, Colombie-Britannique) Russell Dawson approfondira ses travaux sur la détermination des facteurs importants qui influent sur l’effort et le succès de reproduction des oiseaux. Ce titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie aviaire étudiera comment les oiseaux adultes répartissent les ressources entre la reproduction et la subsistance, comment des attributs recherchés tels qu’un plumage aux couleurs vives, qui sont des indicateurs de la qualité des individus, influent sur le choix de partenaire des femelles et les modèles de paternité chez les oiseaux monogames et comment les parasites qui logent dans les nids interagissent avec leurs hôtes aviaires.

La diversité, la conservation et l’évolution des amphibiens

Hillary Maddin, titulaire d’une bourse postdoctorale Banting au Département des sciences de la Terre de la Faculté des sciences de la Carleton University (Ottawa, Ontario), étudiera les modèles et les processus d’évolution des amphibiens. Les transformations dues à l’évolution, par exemple le remplacement des nageoires par des membres, captivent les naturalistes depuis des siècles. Les résultats de ces travaux bouleverseront notre connaissance de plusieurs transformations importantes survenues chez les vertébrés terrestres appelés lissamphibiens, par exemple les grenouilles et les salamandres, dont la diversité diminue à l’échelle mondiale. Les travaux réalisés par Mme Maddin pour connaître leur évolution et leur diversité antérieure contribueront à sensibiliser les étudiants et le grand public à l’importance de la recherche sur la diversité actuelle et la conservation.

Percer les secrets des oiseaux chanteurs

Jennifer Foote est professeure et écologiste du comportement à l’Algoma University (Sault Ste. Marie, Ontario). Elle étudiera les réseaux de communication et le comportement nocturne des oiseaux chanteurs. Elle recevra l’aide d’assistants de recherche pendant l’été et utilisera un nouvel équipement d’enregistrement et d’analyse pour étudier le comportement de chant.

Tiques, tiques, tiques

Nicole Nemeth, professeure à l’Ontario Veterinary College et chercheuse au Département de pathobiologie à la University of Guelph (Ontario), entreprendra des travaux de recherche sur le virus Powassan. Apparenté au virus du Nil occidental, ce virus rare peut se propager à la faune et aux humains par les morsures de tiques. Chez les humains, il peut causer une encéphalite ou une inflammation cérébrale et même la mort. Mme Nemeth étudiera des espèces de tiques pertinentes, la prévalence virale chez les mammifères et les tiques et les effets des changements survenus dans l’utilisation des sols et le climat. Elle espère contribuer à l’amélioration de la surveillance et du contrôle des maladies.

L’isolement comportemental chez la mouche à fruits

Pour Amanda Moehring, les mouches à fruits représentent le modèle parfait pour éclairer la formation des espèces. Elles l’aident à comprendre comment les individus d’une espèce savent avec qui s’accoupler ou ne pas s’accoupler – processus appelé isolement comportemental. Cette professeure de biologie à la Faculté des sciences de la Western University (London, Ontario) se penche sur la façon dont les espèces apparaissent, étape essentielle à notre connaissance de l’évolution, à la conservation des espèces en voie de disparition et au maintien de la biodiversité. Les travaux effectués dans le cadre de la Chaire de recherche du Canada en génomique fonctionnelle visent à comprendre comment les changements génétiques peuvent amener une population à se diviser en deux espèces distinctes et pourquoi celles-ci n’essaient pas de se fusionner de nouveau. Mme Moehring a repéré dans les mouches à fruits trois gènes qui sont responsables de l’isolement comportemental et découvert qu’ils ont sur le cerveau l’effet de déterminer les préférences et les comportements d’isolement des femelles.

Prévenir l’avortement spontané chez les juments

Claudia Klein, professeure à la Faculté de médecine vétérinaire de la University of Calgary (Alberta), étudie le début de la grossesse chez les juments et les raisons pour lesquelles certaines perdent leur fœtus (avortement spontané) au cours des premières semaines. Elle se fonde sur ses connaissances du déroulement de la gestation pour essayer de comprendre pourquoi les choses tournent mal. Ses travaux seront directement utiles à l’industrie équine du Canada. De plus, le fait de comprendre l’importance du fibrinogène au début de la gestation des juments pourrait avoir de grandes retombées sur les connaissances fondamentales, bien au-delà du monde équin.