Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Éradiquer les punaises de lit

Le monde entier doit une fière chandelle à Regine Gries, biologiste à la Simon Fraser University (SFU). En effet, durant cinq ans, elle a enduré chaque semaine des morsures sur les bras d’au moins mille punaises de lit afin de trouver, de concert avec son mari, Gerhard Gries, professeur de biologie à la SFU, un moyen de lutter contre la prolifération mondiale des punaises de lit.

Regine et Gerhard Gries, qui ont fait équipe avec Robert Britton, chimiste à la SFU, et des étudiants, ont enfin trouvé la solution à ce fléau : un ensemble de substances chimiques, ou phérormones, qui attirent les punaises de lit dans des pièges dont elles ne peuvent plus sortir.

Après avoir mené une série d’essais fructueux dans des appartements infestés de punaises de lit dans la région métropolitaine de Vancouver, Mme et M. Gries ont publié les résultats de leur recherche dans l’article intitulé This link will take you to another Web site Bedbug aggregation pheromone finally identified (en anglais seulement), publié dans la prestigieuse revue de chimie Angewandte Chemie.

Mme et M. Gries travaillent avec Contech Entreprises Inc., établie à Victoria, pour mettre au point le premier piège efficace et abordable pour détecter et surveiller les infestations de punaises de lit. Le piège devrait être offert sur le marché l’année prochaine.

« La plus grande difficulté que présentent les punaises de lit réside dans la détection précoce de l’infestation », affirme M. Gries, qui est titulaire de la Chaire de recherche industrielle du CRSNG en écologie de la communication animale multimodale.

« Ce piège aidera les propriétaires et les occupants d’immeubles, ainsi que les professionnels de la lutte antiparasitaire, à déterminer s’il y a un problème de punaises de lit dans l’immeuble ou le logement et à le régler rapidement. Il sera également utile pour surveiller l’efficacité du traitement. »

Voilà la solution que le monde entier attendait.

Au cours des 20 dernières années, la punaise de lit commune (Cimex lectularius), que l’on croyait éradiquée dans les pays industrialisés, est devenue un fléau mondial. Ces insectes particulièrement désagréables infestent non seulement les habitations à loyer modique, mais également les chambres des hôtels et les appartements les plus chers, ainsi que d’autres endroits publics tels que les magasins, les salles de cinéma, les bibliothèques et les véhicules de transport en commun.

Auparavant, ces parasites suceurs de sang n’étaient pas considérés comme des vecteurs de transmission de maladies. Cependant, les scientifiques ont récemment découvert qu’ils pouvaient transmettre l’agent pathogène causant la maladie de Chagas, qui est répandue en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Pourtant, jusqu’à présent, les outils pour détecter ces parasites et les surveiller sont coûteux et posent des défis techniques.

Le lien suivant vous amène à un autre site Web Source : Diane Luckow / Simon Fraser University

(Cette vidéo est en anglais seulement.)