Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Un doctorant appuyé par le CRSNG fait une percée en chimie verte

Lorsqu’Anton Toutov a observé qu’un sel couramment disponible servait de catalyseur dans un important procédé chimique, il a eu du mal à y croire. Si ses observations se révélaient justes, ses travaux de recherche pourraient permettre à l’industrie chimique d’emprunter une voie plus sûre et plus respectueuse de l’environnement.

Il y a plus d’un siècle, on a découvert que des additifs spéciaux appelés catalyseurs pouvaient accélérer une réaction chimique. Cette découverte a été le fondement de l’industrie chimique d’aujourd’hui, et les catalyseurs sont maintenant utilisés dans la production de près de 90 % des biens industriels et de consommation à base de produits chimiques, des médicaments qui sauvent des vies aux matériaux servant à fabriquer des panneaux solaires très efficaces. Toutefois, étant donné que de nombreux catalyseurs sont faits de métaux précieux comme l’or ou le platine, ils sont très coûteux et produisent des déchets toxiques.

M. Toutov, doctorant appuyé par une bourse d’études supérieures du CRSNG au California Institute of Technology (Caltech), a fait la découverte inattendue d’un catalyseur de potassium peu coûteux et biodégradable qui pourrait tout changer.

« Honnêtement, je ne croyais pas que les données étaient exactes lorsqu’Anton me les a montrées pour la première fois. Ça prendra du temps et l’avenir sera excitant et plein de défis, mais, au bout du compte, cette découverte sera une option plus simple, plus abordable et plus durable pour la production de plusieurs produits chimiques essentiels », a dit Robert H. Grubbs, mentor de M. Toutov et lauréat d’un prix Nobel du Caltech.

Le Resnick Sustainability Institute du Caltech a produit une vidéo intitulée Element 19 (ce qui correspond au numéro atomique du potassium dans le tableau périodique) afin d’expliquer les retombées de la découverte de M. Toutov, qui a été publiée dans la revue This link will take you to another Web site Nature.

Le catalyseur de potassium découvert par M. Toutov peut être entièrement fabriqué de matière végétale et n’est pas toxique. Comparés aux catalyseurs de métaux précieux d’aujourd’hui, les nouveaux catalyseurs de potassium pourraient être des centaines ou des milliers de fois moins chers. Ce qu’il faut surtout retenir, c’est que les fabricants peuvent utiliser immédiatement la technologie puisqu’elle ne requiert aucune nouvelle infrastructure ou formation.

« Avec ce catalyseur, nous avons finalement démontré que la chimie vraiment durable est possible », a affirmé M. Toutov. En plus, il y a 25 millions de fois plus de potassium que de métaux précieux sur Terre, a-t-il ajouté.

« C'était très audacieux de mener ces travaux. On a abordé le problème de plusieurs façons. Tout le monde a été étonné. Cette découverte pourrait révolutionner l’industrie et mener à des produits de tous les jours plus sûrs, moins toxiques et, dans l’ensemble, plus durables », a dit Brian M. Stoltz, professeur de chimie au Caltech.

Source : This link will take you to another Web site Resnick Sustainability Institute

(Cette vidéo est en anglais seulement.)