Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Fabriquer du caoutchouc avec de la laitue

De nouveaux travaux de recherche prometteurs pour la création au pays d’un caoutchouc durable à base de plantes

Les végétaux du Canada pourraient bientôt représenter une source nouvelle et durable de caoutchouc naturel grâce aux progrès scientifiques faits récemment à la University of Calgary par une équipe de la Faculté des sciences.

Dirigés par le professeur agrégé This link will take you to another Web site Dae-Kyun Ro et l’étudiant au doctorat Yang Qu du Département des sciences biologiques, les chercheurs ont utilisé des tiges de laitue pour identifier l’une des principales enzymes requises pour la synthèse du caoutchouc naturel dans la laitue et peut-être dans d’autres végétaux.

« Le caoutchouc naturel est extrêmement important pour la production d’articles tels que les pneus et les appareils médicaux, parce que ses caractéristiques en matière d’élasticité, de résilience, d’absorption de la chaleur et de durabilité sont meilleures que celles du caoutchouc synthétique fabriqué avec des produits pétrochimiques », explique M. Ro, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les bioproduits végétaux (niveau 2), qui enseigne également la biochimie des plantes médicinales et la physiologie des plantes.

Actuellement, le caoutchouc naturel représente près de 45 % de la consommation mondiale totale de caoutchouc. M. Ro espère que grâce à l’innovation et aux progrès de la recherche, les bioproduits synthétisés par les plantes et leurs enzymes remplaceront tout le caoutchouc à base de produits pétrochimiques.

« L’utilisation accrue du caoutchouc naturel sera très bénéfique pour l’environnement, nous permettant de réduire notre dépendance à l’égard des produits pétrochimiques habituellement utilisés pour fabriquer le caoutchouc », poursuit M. Ro.

La laitue a constitué pour M. Ro le modèle de base qui lui a permis de disséquer le mécanisme moléculaire qui régit la biosynthèse du caoutchouc naturel dans cette plante.

« Les stades végétatifs de la laitue ont été prolongés aux fins de l’alimentation humaine, précise M. Ro. Cependant, lorsque la montaison commence [lorsqu’une longue tige portant des fleurs s’échappe de la tige principale du plant de laitue, donnant un goût amer aux feuilles], la tige peut produire un latex laiteux qui contient un biopolymère – le caoutchouc naturel. C’est pourquoi la laitue est un modèle végétal idéal : comme il s’agit d’une plante annuelle à autopollinisation croisée, il est possible d’en analyser de multiples générations en une année. »

Les travaux de cette équipe rappellent les travaux d’avant-garde réalisés par Thomas Edison à la fin des années 1920. Avec l’aide des entreprises Firestone et Ford, l’inventeur visionnaire a créé l’Edison Botanic Research Corporation pour produire du caoutchouc naturel provenant d’une source autre que l’hévéa.

« C’est dans cet esprit que nous sommes revenus à la charge pour relever ce défi scientifique en utilisant des outils biotechnologiques très complexes et de nouvelles données, ajoute M. Ro. Notre but est de trouver les enzymes végétales optimales pour créer du caoutchouc naturel à l’aide de nouvelles sources végétales. Je suis convaincu que nous y arriverons d’ici 10 ans », de conclure M. Ro.

Les résultats obtenus par l’équipe ont été publiés dans le Journal of Biological Chemistry au début de l’année. Ils représentent le premier modèle biosynthétique naturel appuyé par des données expérimentales concrètes élaboré en un demi‑siècle de recherche. Les travaux de M. Ro ont été financés par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, le Programme des chaires de recherche du Canada, la Fondation canadienne pour l’innovation et Alberta Innovates – Technology Futures.

This link will take you to another Web site Source : University of Calgary