Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

L’avantage de l’écorce

Comment une ressource naturelle peut être bonne pour la fabrication – et l’environnement

Personne ne veut de l’écorce. Même dans le cas des arbres sains récoltés par l’industrie forestière, l’écorce est considérée comme un déchet. Dans les scieries, on la brûle – de manière très peu efficiente – pour produire de la chaleur après avoir transformé ou simplement jeté au rebut le reste de l’arbre.

Là où tout le monde voit des déchets, Ning Yan de la Faculté de foresterie de la University of Toronto voit une possibilité.

« Du point de vue de sa composition chimique, l’écorce est extrêmement intéressante, explique la chercheuse. Elle protège l’arbre. L’écorce a des propriétés antifongiques et antioxydantes tout à fait uniques. Elle renferme des composants et des substances chimiques dont nous pouvons tirer parti. »

Le groupe de recherche de Mme Yan dirige le projet de bioraffinage de l’écorce, auquel participent des partenaires à la Lakehead University, des organisations du secteur public et des entreprises du secteur privé. Il mène des expériences en utilisant l’écorce pour fabriquer des adhésifs verts qui pourraient remplacer des colles synthétiques à base de pétrole dans toutes sortes d’applications. Son groupe produit aussi des mousses d’origine biologique pour des applications dans des secteurs allant de la construction à l’automobile. Et les chercheurs ont trouvé une façon d’utiliser l’écorce pour remplacer le bisphénol A comme matière première dans la fabrication de résines époxydes.

« L’idée ici, explique Mme Yan, c’est d’utiliser des déchets de biomasse pour fabriquer une substance chimique renouvelable propre à remplacer un produit chimique à base de pétrole. »

Mme Yan utilise aussi de l’écorce pour créer un produit qui pourrait remplacer les panneaux de particules. Puisque les substances chimiques présentes dans l’écorce possèdent des propriétés adhésives naturelles, elle peut fabriquer en laboratoire des « panneaux d’écorce » sans utiliser la moindre colle. « Pour fabriquer les panneaux de particules traditionnels, précise-t-elle, on doit ajouter des produits chimiques. D’après nous, l’écorce collera toute seule. »

Tous les projets de Mme Yan reposent sur deux philosophies étroitement liées. La première est la conviction que l’on peut utiliser des produits forestiers pour remplacer dans diverses applications des produits à base de pétrole non renouvelables.

« Nous avons cet arbre, qui constitue un très bon matériau, ajoute Mme Yan. Par convention, on s’en sert pour fabriquer des meubles ou du bois d’œuvre et c’est très bien ainsi. Mais nous pourrions peut-être faire quelque chose d’encore plus utile. »

Par ailleurs, elle est convaincue qu’il est possible de rendre les produits forestiers traditionnels plus durables.

« La nature a conçu le bois pour qu’il soit le matériau parfait, ajoute Mme Yan. Nous pouvons essayer de l’imiter, mais il est impossible de faire mieux. Si on le gère comme il se doit, le bois est léger, résistant, isolant, biodégradable et renouvelable. Nous allons continuer d’utiliser du bois dans notre vie quotidienne. Mais comment pouvons-nous en faire une utilisation plus responsable et plus durable?

« Dans le cadre de nos travaux, nous nous efforçons de trouver des façons novatrices d’utiliser cette matière première qui, en plus d’être davantage respectueuse de l’environnement, peut générer plus de valeur. »

Source : This link will take you to another Web site Jenny Hall / University of Toronto (en anglais seulement)