Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

De minuscules matériaux dotés d’un potentiel énorme

Dans les travaux de recherche qu’il dirige, le titulaire d’une chaire de recherche industrielle en assainissement environnemental au Verschuren Centre de la Cape Breton University, Ken Oakes, utilise des nanomatériaux – de minuscules matériaux environ 100 000 fois plus petits qu’un cheveu humain de taille moyenne – pour nettoyer l’eau. Ces travaux contribueront à préserver la santé humaine et environnementale en protégeant la qualité de l’eau au Canada et, potentiellement, à l’échelle planétaire.

Bien que très petits, les nanomatériaux possèdent un énorme potentiel. On peut les concevoir comme des mini établis qui ont des buts précis ou des effets catalyseurs dans les réactions chimiques. 

Si les nanomatériaux sont exposés à la lumière ultraviolette, ils peuvent absorber cette énergie pour faire passer un électron à un niveau d’énergie plus élevé, ce qui laisse un trou à l’emplacement où l’électron se trouvait précédemment. Ce trou est hautement réactif et peut détruire chimiquement les contaminants. 

Ce même électron donne lieu à des espèces réactives d’oxygène dont la couche de valence est incomplète. Par conséquent, ces espèces tentent de voler des électrons à tout ce qu’elles rencontrent, ce qui peut contribuer à détruire les agents pathogènes présents dans l’eau qui rendent malades les personnes qui boivent de l’eau contaminée.

S’il est traité dans des conditions précises, le titane – un type de métal – peut servir à fabriquer des fils à base de dioxyde de titane qui, disposés sur une autre membrane pour concevoir un filtre ultrafin, permettent d’éliminer les impuretés dans l’eau.

« Ces avancées prometteuses confirment l’utilisation des nanomatériaux dans les applications de traitement de l’eau », ajoute M. Oakes.

Ce dernier bénéficiera du Programme de subventions à la découverte pour poursuivre ses travaux dans ce domaine. Plus particulièrement, le financement contribuera à payer le salaire de chercheurs éminents dans ce domaine, à acheter du matériel de laboratoire, à financer l’utilisation des instruments et à soutenir le perfectionnement professionnel.

« Ce financement du CRSNG revêt une importance capitale, explique M. Oakes. Autrement, nous ne pourrions tout simplement pas accomplir le travail. De plus, cela nous permet de faire participer d’autres petites et moyennes entreprises qui s’intéressent à des domaines de recherche connexes. En bref, ce financement crée des possibilités et nous ouvre des portes, ce qui est essentiel ».  

Source : This link will take you to another Web site Cape Breton University (en anglais seulement)