Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Des drones pour détecter le dendroctone du pin ponderosa

Les véhicules aériens sans pilote (UAV) pourraient être un moyen économique de repérer les arbres touchés


Le professeur Greg McDermid et ses étudiants

Un des plus grands défis de l’industrie forestière a été de faire le suivi des infestations de dendroctones du pin ponderosa.

À l’heure actuelle, des équipes d’agents forestiers doivent se rendre au dernier endroit connu où le dendroctone du pin ponderosa a attaqué des arbres, puis faire des recherches par cercles concentriques afin de trouver où le ravageur s’est rendu. Ces recherches doivent se faire en hiver, pendant que l’insecte hiberne.

Greg McDermid, professeur de géographie à la University of Calgary, croit que ces recherches pourraient se faire à l’aide de la télédétection au moyen d’un UAV, communément appelé drone. Financé en partie par une subvention à la découverte du CRSNG, M. McDermid travaille avec la province de l’Alberta afin de déterminer si les drones peuvent être utilisés pour suivre les déplacements des dendroctones du pin ponderosa dans la forêt.

« Le domaine de la télédétection traverse une période stimulante en ce moment. Avec les UAV, nous pouvons faire des choses à plus grande échelle et à moindres coûts qu’avant. Nous pouvons capter des images beaucoup plus claires qu’avant », affirme M. McDermid.

Lorsque les dendroctones du pin ponderosa attaquent un arbre, il peut se passer un an avant que le pin montre des signes de mort, comme les aiguilles qui brunissent et qui tombent. C’est pourquoi les agents forestiers doivent confirmer visuellement les arbres attaqués par les coléoptères.

Toutefois, les « arbres attaqués qui sont encore verts » sont effectivement morts et, par conséquent, absorbent beaucoup plus de chaleur du soleil que les arbres en santé pleins d’humidité. La théorie de M. McDermid veut qu’un UAV muni d’une caméra infrarouge devrait pouvoir capter la signature thermique des arbres attaqués sans avoir à envoyer des équipes pour les repérer.

« Les satellites et les aéronefs pilotés, c’est-à-dire les méthodes habituelles de télédétection, ne seraient pas efficaces dans ce cas puisqu’ils sont à des altitudes trop élevées pour capter l’image thermique d’arbres individuels. Avec un UAV, on peut passer juste au-dessus des arbres et capter ces images. On n’a même pas besoin de payer un pilote ou louer un avion, ni payer pour des images captées par un satellite », dit M. McDermid.

Jusqu’à maintenant, M. McDermid et son équipe d’étudiants diplômés ont pris des images thermiques d’arbres qui, selon les autorités provinciales, ont déjà été attaqués par le dendroctone du pin ponderosa.

« Il faut encore prouver que nous pouvons reconnaître indépendamment les arbres attaqués qui sont encore verts. J’ai bon espoir que ça fonctionnera, mais il reste beaucoup de travail à faire pour prouver qu’on peut détecter ces arbres de façon exacte et uniforme », indique M. McDermid.

Texte adapté avec la permission de la This link will take you to another Web site University of Calgary. (En anglais seulement)