Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Des robots aidants

Goldie Nejat

Goldie Nejat de la University of Toronto s’est donné comme mission de révolutionner les soins prodigués aux ainés en créant des robots sociaux. Ces robots contribueront à réduire la pression exercée sur le système de soins de santé et à améliorer la qualité de vie des ainés.

Les robots sociaux ont des comportements axés sur la tâche. Par exemple, ils peuvent rappeler aux gens quand manger ou prendre leurs médicaments. Ils favorisent l’autonomie des ainés, l’amélioration de leurs compétences sociales et cognitives et leur participation à des activités de loisir stimulantes. Lorsqu’elle a conçu ces prototypes, Mme Nejat y a intégré la dimension « sans contact », c’est-à-dire que les robots ne font pas les tâches à la place des gens, mais les invitent à les faire eux-mêmes ou suscitent de nouveau leur attention lorsqu’ils sont distraits.

Dans les installations de soins de santé, ces robots peuvent aider les employés qui administrent les traitements à heures fixes et les traitements personnalisés. Ils peuvent diriger des activités récréatives comme le bingo, jouer à des jeux de cartes basés sur la mémoire, faire de la musique et raconter des blagues. De plus, ils peuvent aider les ainés à effectuer une gamme d’activités de la vie quotidienne, comme la préparation des repas ou les aider à s’habiller, dans le confort de leur propre maison.

Autre aspect intéressant, les robots contiennent de nombreux produits en vente libre, ce qui en réduit le cout et en augmente l’accessibilité. Ainsi, grâce à des caméras Web et à des capteurs 3D de jeux vidéos, ils peuvent détecter les indices non verbaux donnés par les personnes et des objets se rapportant à une activité donnée. Ils ressemblent à des robots et non à des humains, mais ils ont quand même des caractéristiques humaines, comme des expressions faciales et des émotions parce que ces caractéristiques favorisent l’établissement de liens avec les personnes.

Toutefois, le travail acharné de la chercheuse ne s’arrête pas là. Selon Mme Nejat, l’avenir de la recherche et développement en robotique repose sur les épaules de la prochaine génération. « C’est une période vraiment passionnante pour travailler en robotique. Cette nouvelle technologie peut être utilisée pour de nombreuses applications différentes et par de nombreux groupes d’utilisateurs. Nous devons faire connaitre les capacités de ces robots et expliquer comment les intégrer efficacement à la société pour améliorer la qualité de vie », explique Mme Nejat en soulignant l’importance d’organiser, maintenant et à l’avenir, des activités de sensibilisation du public dans les communautés scientifiques et non scientifiques.

Depuis qu’elle a accepté sa première bourse de recherche de 1er cycle, Mme Nejat s’interroge au sujet de l’interaction personne-robot aux fins de la réalisation des tâches. Aujourd’hui, avec l’appui du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), elle a réalisé ses rêves. « Le CRSNG représente une importante source de financement de mon laboratoire. Les subventions à la découverte, les subventions de recherche et développement coopérative, les subventions de partenariat stratégique et les subventions d’engagement partenarial ont toutes été essentielles à nos travaux » , explique-t-elle.

Pour en savoir plus