Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Lauréats actuels
Prix du CRSNG pour la promotion des
sciences de 2016

ONWiE (Ontario Network of Women in Engineering)

L’ONWiE représente une collaboration novatrice unique entre les seize écoles et facultés de génie et de sciences appliquées de l’Ontario. Le mandat de ce réseau est de travailler en collaboration pour favoriser la participation des femmes dans les domaines de l’ingénierie en aidant les ingénieures et les étudiantes en génie. Depuis 11 ans, il met sur pied des programmes de sensibilisation et établit de pratiques exemplaires cruciales à la diffusion de messages positifs qui incitent les jeunes filles à faire carrière dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM).

Le réseau, alors présidé par Valerie Davidson, a vu le jour en 2005 pour répondre au besoin de mettre en commun les ressources des écoles et des facultés de génie et de sciences appliquées et de régler le problème persistant de la sous‑représentation des femmes en génie. La présidente actuelle est Mary Wells, professeure au Département de génie mécanique et de mécatronique et directrice adjointe à la sensibilisation à la University of Waterloo.

Faire connaitre l’ingénierie au public

En octobre 2005, l’ONWiE a lancé son programme phare de sensibilisation intitulé GÉNiales, les filles!, une activité annuelle d’une journée qui se déroule dans l’ensemble de la province et qui vise à faire découvrir aux jeunes filles de la septième à la dixième année et à leurs parents la profession d’ingénieure et la diversité des emplois dans le domaine de l’ingénierie. Aujourd’hui, ce programme est considéré partout au Canada comme un important programme de sensibilisation; il est mis en œuvre dans quatre autres provinces.

En 2011, l’ONWiE a lancé la journée des Guides qui permet aux Guides (de la quatrième à la sixième année) et aux Pathfinders (de la septième à la neuvième année) de passer une journée avec des membres du réseau pour obtenir leur écusson « Ingénierie, sciences et technologie ». Au début de 2015, il a lancé le programme ALLEZ CODER LES FILLES, qui s’adressent aux étudiantes en génie logiciel et en génie informatique. Jusqu’à maintenant, ce programme de sensibilisation a été offert dans 11 universités et collèges, et près de 1 000 jeunes filles de la septième à la onzième année y ont participé.

Pour plus de renseignements sur l’This link will take you to another Web site ONWiE

Jeremy McNeil

Jeremy McNeil participe activement à différentes activités de sensibilisation aux sciences depuis plus de quarante ans. Ce professeur éminent du Département de biologie de la Western University enseigne l’écologie comportementale et chimique des insectes.

Son désir de sensibiliser le public découle d’un incident qui a eu lieu il y a de cela plusieurs années : alors qu’il montrait une chenille (sphinx de la Caroline) qu’il avait trouvée dans son jardin au fils de sept ans de son voisin, l’enfant a regardé fixement la chenille pendant une minute, puis l’a écrasée dans la paume de sa main. Quand M. McNeil lui a demandé pourquoi il avait fait cela, le garçon a répondu que les insectes ne sont pas gentils. Depuis ce jour, le professeur tente non seulement d’éduquer le public au sujet des insectes (avec l’espoir de réduire l’utilisation des insecticides), mais aussi de lui faire réellement aimer le monde naturel qui nous entoure.

M. McNeil a fait des présentations à des enfants de tous les âges et de tous les milieux en se rendant dans les écoles et en participant à des activités régionales ou nationales organisées par des groupes tels que Scouts Canada et Guides du Canada. Il s’est aussi adressé à des publics étrangers, notamment de l’Australie, de l’Angleterre, de la France, de la Thaïlande, de Taiwan et des États‑Unis. Ce biologiste renommé a donné de nombreuses entrevues en français et en anglais à la radio et à la télévision et a contribué à la préparation d’émissions scientifiques pour ces deux médias.

Compte tenu de la réputation de « M. Bibitte » dont il jouit dans le réseau scolaire du Québec, M. McNeil était la personne idéale pour écrire un livre qui explique aux enfants comment devenir chercheur. Par la suite, la revue Nature l’a invité à faire la critique de divers livres de science destinés à de jeunes enfants.

M. McNeil s’adresse également au grand public en faisant des présentations devant les membres de clubs de jardinage et de découverte de la nature. En outre, il trouve le temps de discuter avec des agriculteurs et des exterminateurs de sujets généraux tels que les solutions de remplacement aux pesticides utilisés pour la lutte antiparasitaire ou les problèmes précis liés à différentes cultures. Ce passionné de photographie ajoute souvent ses propres photos dans ses présentations.

Les gens. La découverte. L'innovation.