Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Ancien lauréat
Bourse commémorative E.W.R. Steacie de 2001

Warren Piers

Chimie

University of Calgary


Warren Piers
Warren Piers

L'avenir de la bouteille en plastique qui contient nos boissons gazeuses dépend de la promenade quotidienne à bicyclette de Warren Piers. En effet, le trajet de 10 km entre le domicile de ce chimiste de synthèse et le laboratoire de l' Université de Calgary constitue le catalyseur idéal pour son imagination fertile.

Grâce à son aptitude exceptionnelle à transformer une vision de scientifique en une myriade de nouveaux produits chimiques, Warren Piers a révolutionné le procédé de fabrication de certaines matières plastiques. Ses recherches de pointe lui ont d' ailleurs valu une Bourse Steacie 2001 du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, l' une des distinctions les plus prestigieuses en sciences et en génie décernées au Canada.

Adepte du « scrambling » dans les Rocheuses, ce sport exigeant qui consiste à escalader les parois des montagnes en s' aidant des pieds et des mains, Warren Piers a toujours cherché à relever les grands défis de son domaine de recherche.

« Les chimistes de synthèse sont à proprement parler des artisans, dit-il, puisque nous créons au niveau moléculaire. La difficulté réside dans l' obligation de tenir compte de certaines règles, soit celles de la chimie. Il est facile de visualiser les structures chimiques, mais les construire constitue tout un défi. »

Né à Edmonton, Warren Piers a grandi à Richmond, en Colombie-Britannique. Au milieu des années 80, lors de ses études de doctorat, Warren Piers a travaillé dans le domaine de la chimie organométallique, cette science qui étudie les molécules organiques liées à de grands atomes de métal. Ses travaux postdoctoraux ont contribué à révolutionner les connaissances sur le comportement chimique des métaux de transition des premières séries, comme le scandium et le titane.

Nombre de ces molécules organométalliques se révèlent de puissants catalyseurs, c' est-à-dire les équivalents chimiques des « marieuses ».

D' ailleurs, certains catalyseurs créés par Warren Piers et son équipe de recherche nous ont considérablement aidés à comprendre le processus de synthèse du polyéthylène. La plupart des gens savent que le polyéthylène est un plastique servant à fabriquer d' innombrables produits, depuis les bouteilles jusqu' aux pellicules plastiques. Pourtant, il est fabriqué à partir d' un gaz. Or, les catalyseurs sont indispensables pour réunir les petites molécules individuelles de gaz afin de former des macromolécules solides.

« Le polyéthylène est un polymère qui, en raison de sa polyvalence, dispose d'un énorme marché, déclare le chercheur. Au cours des 10 ou 15 dernières années, le procédé de fabrication du polyéthylène a subi des changements fondamentaux. »

Les réactions qui auparavant faisaient appel à une brochette de catalyseurs n' en utilisent plus qu' un seul, si bien que l'on réussit à créer des matières plastiques dotées d' une structure plus précise et présentant, par conséquent, des propriétés physiques utiles et uniques en leur genre.

Pour Warren Piers, cependant, ce n' est pas tant la destination qui compte que le chemin qui y conduit.

« Ce que j' adore dans la chimie de synthèse, c'est que l' on conçoit et exécute d'élégantes préparations de molécules complexes, confie-t-il. Naturellement, le fait que les molécules cibles soient utiles n' est pas un hasard, mais c' est secondaire pour moi. »