Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Recherche sur les changements climatiques et l'atmosphère

Aperçu
Valeur De 500 000 $ à 1 million de dollars par année pendant au maximum cinq ans
Date limite Le programme a pris fin.
Pour faire une demande Le CRSNG n’accepte plus les demandes présentées dans le cadre de ce programme.
Personne-ressource Voir Personne-ressource
Projets appuyés

Contexte

La santé et la sécurité des Canadiens et la vigueur de l’économie canadienne reposent sur notre compréhension du climat et des risques liés aux changements climatiques et sur l’élaboration de politiques efficaces qui nous permettront de prévoir ces risques et d’intervenir au moment opportun. Les subventions de recherche sur les changements climatiques et l’atmosphère (RCCA) tireront parti de la capacité du Canada, de calibre mondial, en matière de recherche et d’innovation dans les domaines clés des sciences du climat et de l’atmosphère. La recherche générera des connaissances sur les processus physiques, chimiques et biogéochimiques liés aux systèmes climatiques et atmosphériques et permettra l’application de ces connaissances à des fins de compréhension et de prévision du temps et du climat. Cette recherche constitue l’assise de la conduite d’autres études et évaluations de l’incidence sociale, économique et écologique des changements climatiques et de l’élaboration des stratégies et des mécanismes d’adaptation. Les connaissances issues de la recherche serviront de fondement à l’élaboration de mesures qui font économiser de l’argent et améliorent la vie des Canadiens.

L’initiative sur la RCCA tient compte des priorités nationales en matière de recherche et des défis mondiaux, y compris ceux qui sont associés aux This link will take you to another Web site Belmont Challenge Freshwater Security and Coastal Zone Vulnerability Initiatives (en anglais seulement) en appuyant un certain nombre de projets intégrateurs d’envergure auxquels participent des chercheurs universitaires et des scientifiques du gouvernement canadien ainsi que des chercheurs étrangers et d’autres partenaires. Cette initiative encouragera la formation d’étudiants et d’autres personnes hautement qualifiées dans ces domaines.

Description

L’initiative sur la RCCA appuiera un nombre limité de projets de recherche de grande envergure qui sont considérés comme hautement prioritaires par le milieu canadien de la recherche universitaire et par des ministères du gouvernement fédéral. Ces projets seront menés par des équipes de chercheurs canadiens de calibre mondial qui seront composées de chercheurs universitaires et de scientifiques du gouvernement canadien ainsi que de chercheurs étrangers et d’autres partenaires (tels que les collectivités nordiques ou le secteur privé). Les projets viseront à produire des résultats de recherche importants et à transférer les connaissances acquises au profit du Canada.

Les projets financés doivent s’attaquer à des défis importants dans trois thèmes : 1) les processus du système terrestre et leur représentation sous forme de modèles; 2) les prévisions concernant le système terrestre grâce à l’amélioration des méthodes prévisionnelles; et 3) la connaissance des changements qui se sont produits récemment dans l’environnement de l’Arctique et d’autres régions froides du Canada.

Remarque  : Le système terrestre englobe l’atmosphère et sa composition chimique, les océans, notamment la glace de mer et la surface terrestre, y compris l’hydrologie de surface, les terres humides, les lacs et la végétation. On s’attend à ce que les projets de recherche proposés mènent à une meilleure compréhension et prévision des changements qui surviennent dans le système terrestre en mettant l’accent sur les processus physiques, chimiques et biogéochimiques sur des échelles de temps qui peuvent varier de minutes à des décennies. Sur des échelles de temps plus courtes, ils peuvent comprendre les phénomènes météorologiques qui donnent lieu à des interactions entre un ou plusieurs éléments, tels que la relation entre les tempêtes et les ondes de tempête côtières. Sur des échelles de temps plus longues, ils peuvent comprendre la variabilité et les changements climatiques sur plusieurs décennies ainsi que les changements dans les cycles biogéochimiques (tels que les cycles du carbone et de l’azote).

Les trois thèmes de recherche sont les suivants :

1) Comprendre les processus du système terrestre et leur représentation dans les modèles météorologiques, climatiques et de chimie de l’atmosphère – Les interactions entre les éléments du système terrestre comportent des processus physiques, chimiques et biogéochimiques complexes. Un bon exemple est le cycle du carbone, dans le cadre duquel le carbone et d’autres gaz biogéniques en traces sont échangés entre les différents réservoirs et modifient la température en raison de l’effet de serre ainsi créé. Un autre exemple est le cycle hydrologique dans le cadre duquel l’eau est échangée ou stockée sous forme de liquide, de vapeur ou de solide dans l’atmosphère, sur la surface terrestre et dans la cryosphère, et influe sur la température, le climat, les réserves en eau douce et la distribution de la glace de mer. Un troisième exemple est le rôle des nuages et des aérosols dans le bilan radiatif et la formation des précipitations, qui influent sur la température, le climat et la qualité de l’air. Il faut améliorer la compréhension de ces processus au moyen d’études par observation et modélisation, tout comme il faut améliorer la représentation ou l’établissement de paramètres dans les modèles régionaux et mondiaux de météorologie, du climat et de la chimie de l’atmosphère. Ces modèles sont les outils les plus complets et les plus complexes disponibles qui permettront de comprendre le système terrestre.

2) Faire progresser les prévisions météorologiques, climatiques et environnementales – Les prévisions météorologiques, climatiques et environnementales sont exprimées selon diverses échelles de temps (minutes, jours, saisons, décennies) et d’espace (de l’échelle régionale à l’échelle mondiale). Une méthode d’assimilation des données d’ensemble, qui utilise de nombreux modèles numériques ainsi qu’une combinaison optimale de données d’observation et de sorties de modèle, est à la base du cadre de quantification et de réduction de l’incertitude en matière de prévisions. L’assimilation de données sur la météo, l’océanographie, la surface terrestre et l’hydrologie provenant de différentes sources, notamment de radars et de satellites, dans les modèles mondiaux et régionaux, est une méthode de prévision importante. Parmi les autres méthodes, on compte les méthodes de prévision d’ensemble, les méthodes informatiques améliorées, l’élaboration de mesures fiables de vérification des prévisions, des techniques de post-traitement pour réduire le biais lié aux modèles, les méthodes de quantification de l’incertitude des prévisions, et la modélisation inverse pour simuler les sources et les puits repères. Les progrès réalisés dans le cadre de ce thème permettront d’améliorer la capacité de faire des prévisions sur différentes échelles de temps et d’espace à l’aide de modèles de météorologie, du climat, de l’hydrologie et de la chimie de l’atmosphère, notamment les prévisions subsaisonnières et saisonnières, les phénomènes météorologiques extrêmes, les prévisions en haute résolution en milieu urbain, ainsi que les projections et les prévisions climatiques régionales.

3) Comprendre les changements récents dans les milieux de l’Arctique et des régions froides – Les changements qui se sont produits le plus rapidement sur la Terre récemment ont eu lieu en Arctique et dans les régions froides adjacentes. Au cours des 20 dernières années, la température de l’Arctique a augmenté près de deux fois plus rapidement que la moyenne mondiale. Les autres changements comprennent la réduction de la glace de mer, la fonte du pergélisol et des glaciers, et un écoulement fluvial plus hâtif et plus important. Ces changements ont libéré les polluants qui étaient emprisonnés dans ou sous la glace. En outre, le développement économique pourrait accroître la pollution dans ce milieu. Ces changements rapides n’ont pas que des répercussions sur les gens, les infrastructures et les écosystèmes, ils influent également sur la météo, la composition atmosphérique et le climat à l’échelle mondiale. Par exemple, une fois dégelé, le pergélisol pourrait libérer des quantités importantes de dioxyde de carbone et de méthane, et ainsi accroître l’effet de serre et le réchauffement de la planète; la pollution atmosphérique causée par l’augmentation du transport maritime pourrait nuire à la santé et au climat. Notre connaissance des processus physiques, chimiques et biogéochimiques qui se produisent dans les climats froids est relativement faible comparativement à celle des climats chauds. Cela est attribuable, en partie, aux conditions difficiles du milieu et au coût plus élevé de la recherche dans les régions éloignées. Nous devons améliorer notre connaissance des processus propres au climat des régions froides et des mécanismes de rétroaction qui entrent en jeu dans l’amplification des changements climatiques et la concentration des polluants en hautes latitudes. Les progrès réalisés dans le cadre de ce thème nous permettront de mieux comprendre les changements qui se sont produits récemment dans l’Arctique et dans les régions froides et aideront le Canada à préserver et à améliorer la qualité de l’environnement naturel et à s’adapter aux changements environnementaux.

Dans le cadre du présent appel de demandes, le CRSNG compte accorder des subventions d’une valeur de 500 000 $ à 1 million de dollars par année pendant au maximum cinq ans.

Les subventions de RCCA devraient :

  • faciliter la recherche concertée entre des chercheurs universitaires, des scientifiques du gouvernement canadien et d’autres partenaires potentiels (tels que les collectivités nordiques ou le secteur privé) et des chercheurs étrangers (y compris ceux qui participent aux initiatives du Belmont Challenge sur la sécurité de l’eau douce et la vulnérabilité des zones côtières);
  • produire des résultats et des connaissances utiles qui peuvent être transférés et diffusés aux ministères fédéraux et à d’autres utilisateurs finals afin d’en maximiser l’incidence au profit des Canadiens;
  • renforcer davantage le leadership du Canada et sa capacité dans ces domaines;
  • créer une synergie avec les initiatives de financement existantes, mais sans les répéter;
  • faire fond sur les connaissances scientifiques existantes et permettre la consultation des résultats de métadonnées compatibles avec les plateformes d’archivage de données existantes.

Admissibilité

En plus de satisfaire aux critères généraux d’admissibilité du CRSNG, les propositions doivent indiquer que des chercheurs d’au moins un ministère fédéral participeront activement aux travaux de recherche.

Présentation des demandes

Les demandes de subvention de RCCA seront évaluées selon un processus en deux étapes. Les candidats doivent d’abord présenter une lettre d’intention, qui sera évaluée par un comité d’évaluation des lettres d’intention. Les candidats dont la lettre d’intention est retenue sont invités à présenter une demande. On leur fournira alors des instructions sur la façon de présenter la demande et le plan de logistique. Les demandes seront évaluées par un comité d’évaluation des demandes.

Pour les lettres d’intention, les candidats doivent présenter un document de six pages en « formule libre » de 8,5 po sur 11 po (21,5 cm sur 28 cm) qui doit comporter :

  • une description des principaux défis et activités de recherche et de leur pertinence à un ou à plusieurs des trois thèmes de recherche, ainsi que le budget prévu;
  • une analyse de la collaboration prévue qui comprend la participation de scientifiques du gouvernement fédéral ainsi que de chercheurs étrangers et d’autres partenaires, selon le cas. La participation de la collectivité locale doit faire l’objet d’une analyse, le cas échéant;
  • une analyse des résultats prévus de la recherche. Il faut également indiquer de quelle façon les résultats de la recherche seront transmis aux ministères fédéraux ou aux autres utilisateurs finals potentiels et de quelle façon les connaissances leur seront transférées;
  • une courte biographie des trois ou quatre principaux chercheurs universitaires et leurs domaines d’expertise;
  • une courte biographie d’au plus trois chercheurs principaux du gouvernement ou d’autres partenaires (y compris des chercheurs étrangers) et leurs domaines d’expertise.

En plus de contenir les six pages susmentionnées, la lettre d’intention doit être accompagnée d’une lettre d’une page provenant de chaque bureau ministériel fédéral concerné (qui doit normalement être signée par le directeur général ou le sous-ministre adjoint) ou organisme partenaire concerné (signée par un gestionnaire autorisé) confirmant leur intérêt et leur engagement à l’égard du projet.

Évaluation des demandes et critères de sélection

Lettres d’intention

Le CRSNG évaluera les lettres d’intention et les demandes en fonction des critères ci-dessous. Seuls les candidats dont la lettre d’intention a été retenue seront admissibles à présenter une demande. On leur fournira alors des instructions sur la façon de présenter la demande.

Remarque : Les lettres d’intention doivent contenir suffisamment de renseignements pour permettre au comité d’évaluation de déterminer si les travaux proposés portent sur un ou plusieurs des trois thèmes et d’évaluer la capacité de l’équipe de recherche proposée de produire les résultats de la recherche et de transférer les connaissances aux ministères fédéraux ou aux autres utilisateurs finals potentiels.

Mérite de la proposition :
  • L’importance de la question de recherche et la mesure dans laquelle les travaux proposés traitent des priorités exprimées dans un ou plusieurs des thèmes de recherche énumérés;
  • La participation de chercheurs du gouvernement fédéral, de chercheurs étrangers ou d’autres partenaires;
  • La faisabilité d’atteindre les objectifs proposés pendant la période de financement;
  • L’intégration entre les chercheurs universitaires et les chercheurs du gouvernement;
  • La capacité de produire les résultats de la recherche et de les transférer aux ministères fédéraux ou à d’autres utilisateurs finals potentiels;
  • La force de l’infrastructure budgétaire, administrative et de gestion des données proposée du projet.

Excellence des candidats :  

  • L’excellence du chercheur principal;
  • L’excellence et le calibre de l’équipe de recherche proposée;
  • La participation et l’intégration de scientifiques et de chercheurs du gouvernement fédéral canadien;
  • La participation et l’intégration d’autres partenaires ou chercheurs étrangers.

Potentiel de formation de personnel hautement qualifié : 

  • Les occasions de formation potentielles pour les étudiants aux cycles supérieurs, les stagiaires postdoctoraux et les étudiants de premier cycle ainsi que les autres membres du personnel affectés à la recherche, tels que les adjoints de recherche et les techniciens de recherche.

En outre, la demande doit être accompagnée d’une lettre d’une à deux pages provenant de chaque bureau ministériel fédéral concerné (qui doit normalement être signée par le sous-ministre adjoint ou le directeur général) ou organisme partenaire concerné (signée par un gestionnaire autorisé) confirmant leur engagement à fournir toute ressource gouvernementale ou autre requise pour la durée du projet.

Utilisation des fonds

Le financement est accordé pour la recherche universitaire canadienne et des programmes de formation offerts dans les universités canadiennes. Les chercheurs du gouvernement, les chercheurs étrangers et les autres partenaires ou collaborateurs doivent obtenir les ressources requises à l’appui de leur participation aux projets. Veuillez consulter la page Utilisation des subventions du Guide d’administration financière des trois organismes pour obtenir des renseignements sur les dépenses admissibles.

Rapports

Le modèle de rapport, les calendriers et les renseignements supplémentaires sur les exigences seront disponibles au moment de l’octroi de la subvention.

Comité de sélection

Consultez la liste des membres du comité de sélection.

Personne-ressource

Dave Bowen
Recherche sur les changements climatiques et l’atmosphère
350, rue Albert
Ottawa (Ontario)  K1A 1H5

Tél. : 613-992-1482
Courriel : dave.bowen@nserc-crsng.gc.ca

Les gens. La découverte. L'innovation.