Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Un projet illuminant

Le professeur Aaron Slepkov de la Trent University a cherché avec sept étudiants du premier cycle à découvrir pourquoi les raisins s’enflamment et font des étincelles lorsqu’on les fait chauffer au four à microonde. Les étudiants ont joué un rôle crucial dans les travaux du professeur sur ce phénomène, qui ont récemment été publiés et retiennent l’attention dans le monde entier.

« J’ai accès à d’excellents étudiants au baccalauréat — des étudiants intelligents, bien formés et curieux — et c’est pourquoi cela s’est fait ici à Trent et nulle part ailleurs. », affirme M. Slepkov, qui est professeur au Département de physique à la Trent University et titulaire de la Le lien suivant vous amène à un autre site Web Chaire de recherche du Canada en physique des biomatériaux.

En travaillant ensemble, les membres de son équipe ont réussi à expliquer pourquoi les raisins s’enflamment au four à microonde, produisant de la lumière et des étincelles. Les travaux publiés dans Le lien suivant vous amène à un autre site Web Proceedings of the National Academy of Sciences (site en Anglais seulement) montrent que le spectacle de lumière que l’on voit est en fait du plasma composé d’ions et d’électrons libres qui ne sont pas liés à des atomes ou à des molécules.

L’article, corédigé par Pablo Bianucci, professeur de physique à l’Université Concordia, explique que le même effet se produit avec n’importe quels deux objets qui sont principalement composés d’eau et ont la bonne taille, tels que les œufs de caille, les billes d’hydrogel, les bleuets, les olives et les groseilles.

Le professeur Slepkov a entendu parler du phénomène des raisins au four à microonde pour la première fois alors qu’il était lui-même étudiant au baccalauréat dans les années 1990 et au fil des ans, il a souvent fait ce petit numéro lors de soirées entre amis. Puis, après être devenu professeur à la Trent University, il a commencé à étudier la question en 2013 avec Aaron Curtis, un étudiant de premier cycle qui rentrait passer l’été à Peterborough et voulait faire du bénévolat dans son laboratoire.

Cet été-là, M. Curtis a fait des progrès considérables et le professeur Slepkov a alors su qu’il avait mis le doigt sur quelque chose. Avec le temps, le projet a pris de l’expansion pour inclure quatre étudiants du premier cycle de Trent, dont certains étaient titulaires d’une bourse de recherche de 1er cycle.

M. Slepkov souligne que les étudiants avec qui il a travaillé étaient intelligents, curieux et assidus et tous ont poursuivi leurs études aux cycles supérieurs. « Dans ce projet, le mérite revient vraiment aux étudiants », indique-t-il.

Le présent article a été adapté et traduit avec la permission de la Le lien suivant vous amène à un autre site Web Trent University (site en anglais seulement).