Un arrêt planifié ayant une incidence sur ce site et plusieurs autres sites Web et portails de financement du CRSNG et du CRSH (y compris SPIIE) aura lieu du vendredi 28 juin 2024, à 16 h, au mardi 2 juillet 2024, à 8 h (HE). Pour plus d’information, consultez les pages Web dédiées du CRSNG ou du CRSH/SPIIE.

Un minuscule timbre pour surveiller sa glycémie : adieu les piqûres!

(Source de l’image : University of Waterloo)

Des chercheuses et chercheurs de la University of Waterloo travaillent à mettre au point un timbre qui offrira aux personnes diabétiques une solution abordable pour mesurer leur glycémie à leur convenance, et ce, avec précision et sans douleur. Fini les piqûres au doigt plusieurs fois par jour pour les traditionnels tests sanguins!

De plus, pour rendre l’utilisation du timbre encore plus pratique, il sera possible de transmettre les données sur la glycémie à un téléphone intelligent, ce qui pourrait s’avérer d’une importance vitale.

Après trois ans de travail, l’équipe de recherche est à perfectionner un timbre portable qui peut détecter les taux de glucose dans le sang grâce à des centaines de microaiguilles, une information cruciale pour les diabétiques qui ont besoin de savoir exactement quelle quantité de médicament prendre à tout moment.

Selon Peyman GhavamiNejad, doctorant en génie à la University of Waterloo qui a dirigé les travaux, ce timbre permettra d’améliorer le mode de vie des personnes qui l’utiliseront en contribuant à mieux personnaliser la prise de médicaments. « Le but est de faciliter l’autosurveillance de la glycémie », explique-t-il, « afin que les gens puissent mesurer eux-mêmes, sans douleur, leur taux de glucose et ajuster leur dose d’insuline en conséquence. »

Bien qu’il existe déjà sur le marché divers timbres pour la surveillance de la glycémie, celui-ci est le premier dans son genre.

Pour Peyman GhavamiNejad, le capteur électrochimique est une véritable innovation, que l’équipe continue d’améliorer. À ce jour, personne n’a encore utilisé de matériau en hydrogel conducteur comme plateforme à microaiguilles pour détecter le glucose.

Les avantages du nouveau timbre sont évidents, d’affirmer Le lien suivant vous am�ne � un autre site Web Mahla Poudineh, professeure en génie électrique et informatique, qui dirige l’ensemble du projet. Par exemple, on peut appliquer soi-même le timbre, contrairement à d’autres dispositifs, qui doivent être insérés sous la peau par une infirmière ou un infirmier.

Mesurant seulement un centimètre carré, le timbre sera très petit, de sorte qu’une personne pourra le porter tout à fait discrètement au bras. Comme les matériaux sont peu coûteux, il sera moins cher que certains des timbres actuellement offerts sur le marché, qui peuvent coûter jusqu’à 4 800 $ par année. De plus, on pourra se le procurer sans ordonnance. Il donnera aussi des mesures plus précises, en continu pendant 14 jours, alors que les autres dispositifs ne permettent une utilisation que pour une période de 7 à 10 jours.

Parallèlement aux travaux réalisés par Payman GhavamiNejad, Mahla Poudineh et le reste de leur équipe, Peter Levine, professeur en génie électrique et informatique, est en train de développer une mini plateforme électronique qui permettra de transmettre les données sans fil à partir des microaiguilles jusqu’aux téléphones intelligents des utilisatrices et utilisateurs.

Un article portant sur ces travaux, intitulé Le lien suivant vous am�ne � un autre site Web A Conductive Hydrogel Microneedle-Based Assay Integrating PEDOT:PSS and Ag-Pt Nanoparticles for Real-Time, Enzyme-Less, and Electrochemical Sensing of Glucose (en anglais seulement), est publié dans la revue Advanced Healthcare Materials.

Le projet est financé par une subvention à la découverte du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Cet article a été adapté, traduit et publié avec la permission de la Le lien suivant vous am�ne � un autre site Web University of Waterloo (en anglais seulement).

Récit suivant

La University of British Columbia et la Première Nation Wet’suwet’en collaborent à la création d’une mousse d’emballage à partir de déchets de bois

Une nouvelle mousse d’emballage biodégradable mise au point à la University of British Columbia (UBC) pourrait non seulement résoudre la crise mondiale de la pollution par le plastique, mais aussi servir d’exemple de ce à quoi peut mener un véritable partenariat, d’égal à égal, avec les Premières Nations.

Bulletin Contact

Recevez par courriel des mises à jour sur les activités du CRSNG. Consultez tous les numéros.

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Youtube
  • Instagram