Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Anciens lauréats

Prix du CRSNG pour la promotion des
sciences de 2013

Intergenerational Landed Learning Project

Contrairement aux générations de Canadiens précédentes, la plupart des jeunes, de nos jours, ont très peu d’expérience concrète sur une ferme en exploitation. C’est particulièrement le cas en milieu fortement urbanisé, comme à Vancouver. Ainsi, de nombreux enfants grandissent sans connaître la provenance de la nourriture, les conséquences de leurs choix alimentaires sur l’environnement et leur santé, et les difficultés auxquelles sont confrontés les agriculteurs.

C’est cette situation qui a inspiré l’Intergenerational Landed Learning Project, projet qui a remporté un Prix du CRSNG pour la promotion des sciences de 2013. Ce projet repose sur une approche intergénérationnelle novatrice de la culture des aliments et rend la science accessible et intéressante pour les jeunes de tous les âges et de tous les milieux socioéconomiques. Les groupes ciblés sont les nouveaux arrivants, les jeunes issus de familles à faible revenu, les jeunes autochtones et les filles.

Établi sur une ferme en exploitation située sur le campus de la University of British Columbia, le projet a été lancé en 2002 par les professeures Jolie Mayer‑Smith et Linda Peterat. Dans le cadre de son programme phare, des groupes d’enfants de 8 à 13 ans sont jumelés à des jardiniers bénévoles. Ensemble, ils consacrent 10 à 12 jours de l’année scolaire à la science « appliquée » du jardinage. Les participants cultivent des aliments tout en acquérant des notions d’écologie des sols, de botanique, de problèmes environnementaux, de nutrition et de santé.

Le projet s’est mis à prendre de l’ampleur en 2005 avec l’organisation de camps d’été, puis, en 2008, un programme satellite a été mis sur pied à l’Okanagan Science Centre, à Vernon, en Colombie‑Britannique. La toute dernière initiative dans le cadre de ce projet consiste en un programme d’intervention de six semaines visant les jeunes de la ville âgés de 13 à 18, à Vancouver. Ceux‑ci cultivent des aliments de façon durable à leur école et dans leur collectivité. Ce programme instille chez les jeunes un intérêt pour la science du sol et la botanique tout en les encourageant à faire carrière dans le domaine de l’environnement et du développement durable.

Depuis ses débuts, l’ This link will take you to another Web site Intergenerational Landed Learning Project a suscité la participation de plus de 2 000 jeunes et 700 bénévoles et attiré 35 000 visiteurs dans son site Web (en anglais). Le projet présente la science du jardinage à des jeunes et à des adultes de tous horizons et leur donne une nouvelle perspective sur les plans communautaire et personnel. D’ailleurs, le modèle intergénérationnel novateur du projet, qui intègre le mentorat, est adopté par d’autres éducateurs et donne lieu à la création de programmes semblables en milieu scolaire et communautaire ailleurs au Canada et à l’étranger. Les enseignants considèrent le projet comme une occasion unique d’appliquer la science et d’intervenir auprès d’élèves qui manquent de motivation et qui ne réussissent pas bien à l’école. Pour certains enseignants, le projet s’avère une révélation, car il leur inspire de nouvelles méthodes d’enseignement qui les aident à entretenir et à renforcer l’apprentissage dynamique qui s’opère dans le jardin.

Normand Voyer, Département de chimie, Université Laval

Lorsque Normand Voyer a commencé sa carrière comme professeur de chimie à l’Université de Sherbrooke en 1988, un grand nombre de ses étudiants avaient été très impressionnés par son enthousiasme pour l’enseignement et son désir de leur transmettre sa passion pour les sciences. Aujourd’hui, certains de ces étudiants sont stupéfaits de voir jusqu’où ces qualités l’ont amené. Son désir de mieux faire connaître la chimie au public a contribué à l’établissement de toutes nouvelles normes en ce qui concerne cette activité et, au fil des années, il a redoublé d’énergie et d’imagination.

Il monte d’abord des expositions destinées aux jeunes en collaboration avec le Musée de la nature de Sherbrooke. Peu de temps après, il met sur pied un colloque de chimie à l’intention des étudiants de premier cycle qui, encore aujourd’hui, a lieu chaque année, et en 2005, il lance les 24 heures de la chimie, un événement d’une journée beaucoup plus ambitieux qui consiste en un marathon d’activités telles que des séances en laboratoire pour les jeunes qui sont très prisées, des films sur la chimie, un « spectacle de magie » chimique et un éventail d’activités sociales et sportives.

Il crée La Caravane Défi-Chimie, un laboratoire de chimie mobile qui se déploie dans les écoles secondaires du Québec et nourrit l’esprit intempestif des jeunes grâce à la « science rapide » qui les met au défi de transformer une série d’instructions en une expérience pratique en quelques minutes.

Pour l'Année internationale de la chimie en 2011, il élabore Attraction chimique, une activité itinérante inédite qui a sensibilisé jusqu’à maintenant plus de 400 000 jeunes et moins jeunes à l’importance de la chimie dans la vie de tous les jours au moyen de diverses activités : de la de cuisine moléculaire à l’enquête judiciaire.

Les activités de sensibilisation menées par M. Voyer, qui est professeur de chimie à l’Université Laval, semblent avoir donné des résultats concrets : le nombre de nouvelles inscriptions au programme de chimie de premier cycle a atteint des niveaux records, En fait, certains de ses anciens étudiants attribuent leur carrière en chimie à l’influence qu’il a exercée sur eux. Son influence sur le campus est manifeste; par ailleurs, il participe régulièrement à des émissions de radio dans le cadre desquelles il vulgarise la chimie pour un vaste auditoire. En outre, il donne des conférences afin d’améliorer la perception du public à l’égard du domaine.