Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Des immeubles performants

Concevoir l'environnement

Le 25 mai 2009 – Imaginez une réduction de l’énergie consommée par un immeuble atteignant plus de la moitié de ce qui est nécessaire pour répondre aux normes d’efficacité des nouveaux bâtiments. Ce tour de force devient routinier pour James Love, professeur d’architecture appuyé par le CRSNG à la Faculté de conception de l’environnement de la University of Calgary et titulaire de la chaire de cette université en technologies du bâtiment durables. En utilisant les dernières conceptions et technologies de chauffage et de ventilation, M. Love a aidé à concevoir des immeubles dont la performance environnementale a été grandement améliorée.

Une fois construits, ces immeubles deviennent des expériences concrètes, puisque M. Love et son équipe en surveillent le rendement pour voir comment la conception fonctionne dans des conditions du monde réel. Les données recueillies, combinées à des études de simulation par ordinateur, aident à affiner leur approche de façon à ce que l’immeuble suivant ait un rendement encore meilleur.

Les résultats sont impressionnants. Ressources naturelles Canada a constaté que sa première conception d’une école, achevée en l’an 2000, avait une efficacité énergétique de 25 p. 100 supérieure à la moyenne des bâtiments. En 2002, il a conçu des systèmes pour l’immeuble de la Foothills Advocacy in Motion Society, de High River, en Alberta. Ces systèmes se sont révélés 64 p. 100 plus économes en énergie. En outre, sa conception de l’école élémentaire Prairieview, à Vulcan, en Alberta, a dépassé les normes de 57 p. 100.

« L’exploitation des bâtiments représente environ 30 p. 100 des émissions de gaz à effet de serre produites au Canada, mentionne M. Love. Les nouvelles approches en matière de systèmes de construction d’immeubles commerciaux peuvent réduire considérablement cette quantité. »

La technologie qu’il utilise pour obtenir des niveaux d’efficacité énergétique élevés comprend des dalles chauffantes qui intègrent des tuyaux où circule, selon les besoins, de l’eau chaude ou froide pour le chauffage ou le refroidissement. Il combine cette technologie à des systèmes de ventilation par déplacement, dont la principale caractéristique est que l’air sort de la partie inférieure du mur plutôt que du plafond. La ventilation par déplacement tire avantage de la tendance naturelle qu’a l’air chaud de monter, ce qui réduit l’énergie de ventilation requise pour faire circuler l’air. La stratification améliore également l’élimination des contaminants aériens.

Depuis l’achèvement des travaux de construction de l’école Prairieview, un grand nombre d’instruments y ont été installés afin d’évaluer son rendement en matière de confort thermique, d’efficacité de la ventilation et d’utilisation d’énergie. Les résultats obtenus jusqu’à présent indiquent que l’école utilise environ un tiers de l’énergie utilisée par mètre carré par la moyenne des écoles de l’Alberta.

L’une des plus récentes expériences de M. Love a été réalisée sur le campus même de la University of Calgary. Le Child Development Centre (CDC) de l’université, qui a ouvert ses portes en 2007, offre la possibilité de mettre à l’essai sur place des systèmes de ventilation par déplacement et de distribution de l’air sous plancher. Le bâtiment comporte également le plus grand réseau de piles solaires de l’Ouest du Canada.

« Le CDC est une grande expérience fondée sur une hypothèse concernant la régulation plus durable des conditions ambiantes, explique M. Love. Nous mesurons diverses caractéristiques du bâtiment, y compris l’efficacité de la ventilation. Les études en laboratoire ont montré que l’alimentation par déplacement est plus efficace que l’alimentation aérienne. »

Ce bâtiment a été parmi les premiers au Canada à obtenir la certification platine (niveau le plus élevé) du système de classement LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). Pour la University of Calgary, cet événement a marqué le début d’un engagement qui vise à assurer le même rendement à chaque nouveau bâtiment construit sur le campus.

Le CDC, d’une superficie de 12 000 m2, constitue également un élément pivot de l’étude de la distribution d’air sous plancher, une autre technologie pour laquelle pratiquement aucune recherche sur le terrain n’a été signalée jusqu’à maintenant. À mesure que plus de données seront recueillies, M. Love espère continuer à hausser la barre en matière de conception et d’exploitation des bâtiments en faisant la démonstration de pratiques de pointe et en rendant celles-ci plus abordables.